Fermer 


À partir du Xe siècle en Italie, puis au XIe siècle dans le reste de l'Europe, se développe un procédé de concentration de l'habitat encouragé par les seigneurs. Des bourgs se forment donc autour d'un château (castrum) ou d'une église (village ecclésial) qui en constituent le noyau central. Ils prennent une forme ovale ou circulaire. C'est dans ce contexte que naît le village ovale de Moussan. Des maisons jointives forment cet ovale, opposant à l'extérieur un mur aveugle qui domine des fossées collectifs parfois assez larges. À l'intérieur une rue circulaire fait le tour du village tandis que les îlots de maisons sont disposés autour du noyau central constitué par le château (4). La partie orientale du village semble avoir conservé plus fidèlement la distribution d'origine, alors que la partie occidentale a été fortement remaniée dès le Moyen-Âge; en effet au XIIIe siècle, on démolira un hôpital de lépreux pour construire l'église actuelle qui occupe une position excentrée. Ce qui permet de dire que la formation de Moussan est d'origine castrale et non ecclésiale.

Au Sud, comme c'est souvent le cas dans d'autres villages de ce type, deux portes étaient ouvertes dans l'enceinte: porte Nôtre-Dame (1) et porte Saint-Antoine (2). Une poterne (7) avec escaliers permettait de sortir au Nord. La trace des anciens fossés collectifs (pointillés bordeau) est encore repérable sur le cadastre napoléonien.

Au XIXe siècle le bourg sort de sa vieille enceinte et les nouveaux quartiers se construisent. À l'extérieur, contre l'ancienne muraille (trait violet) et sur anciens fossés (pointillés bordeau), viendra s'appuyer une nouvelle couronne de constructions, essentiellement des caves viticoles. Ces caves et quelques belles maisons de maîtres témoignent de l'importance de la viticulture, alors très rémunératrice dans le Narbonnais, qui fit aussi la prospérité de Moussan et du Languedoc.

Moussan présente au promeneur un exemple encore assez bien conservé, malgré les vicissitudes de l'Histoire, d'un habitat médiéval européen apparu au XIe siècle et caractéristique du Languedoc. Le village témoigne également de la prospérité viticole de cette région.

Plan de la Circulade
Cliquez sur l'image pour agrandir


Circuit du patrimoine du parc

Le long de ces parcours, différents lieux-dits que vous traverserez vous seront expliqués (vous pourrez les repérer sur la carte ci-dessous). De plus, dans les secteurs patrimoniaux majeurs, des plaques commentées sont disposées pour mieux vous informer. Le point de départ se trouve à proximité de l'entrée de la Salle des fêtes.


Plan des sentiers
Cliquez sur l'image pour agrandir


Sentier de l'Alose 

Alose : poisson dont le nom local est "lo caulat" (cliquez ici pour en savoir plus)


 1. La Barque

  Ce nom rappelle que près d'ici une embarcation permettait de traverser l'Aude.



 

 2. La Traille

  Les berges de l'Aude, entre Moussan et Sallèles-d'Aude sont un carrefour entre le Canal de la
  Robine et les canaux de Jonction et du Midi. 

Autrefois, les péniches qui fréquentaient ce lieu, transportaient plusieurs tonnes de marchandises: vin, céréales, sel, soufre, sable... Le commerce fluvialdiminua et disparu avec l'essort du transport ferroviaire; en revanche le charme de ces canaux a permis un fort développement du tourisme fluvial. 


 3. Moussoulens

  Moussoulens vient du latin médiéval : Moschelingus, Mossolencum

C'est sur le site du "Grand Moussoulens qu'au début du XVe siècle fut construitle départ du canal dit "Robine de Narbonne". Pour certains auteurs, les travaux de construction des écluses sur la Robine auraient débuté en 1680 et (d'après Bichambis), ils auraient été terminés en 1682, l'année de la fin des travaux de la construction du Canal Royal (ou Canal du Midi), auquel la Robine ne fut reliée que cent ans plus tard avec la réalisation du Canal de Jonction. L'écluse de Moussoulens a été réhaussée, après une grande crue en Octobre 1940 qui avait innondée Narbonne, submergeant l'écluse et emportant ses portes.


 4. Minerve

 Ancien fief, non loin de Védilhan, qui a appartenu successivement aux seigneurs de Minerve,de
 Peyrepertuse, aux vicomtes de Narbonne et à l'abbaye de Fontfroide.

On trouve ce lieu (alodes de Menerbense) mentionné dès 1005 dans l'Histoire du Languedoc. Minerve a donc gardé finalement le nom de son premier seigneur : Le seigneur de Minerve.


 5. Védilhan

  Nom d'un domaine d'origine gallo-romaine, puis d'une villa carolingienne. Il est signalé en 849
  comme villa Rubéa (villa rouge, peut-être à cause de la couleur des terres) ou villa Vitilianum.

En 1194, on signale la présence d'une église dédiée à Saint Martin.C'est alors une paroisse placée sous l'autorité du chapitre de la cathédrale de Narbonne. Des murs et un habitat sont également signalés.
Nous sommes donc en présence d'un village différent de Moussan, peut-être un autre castrum.


 6. Las Caritats

  Les charités en Occitan. Avant la Révolution ce terrain appartenait à l'hospice de Narbonne. Les
  revenus qui en étaient retirés étaient affectés au fonctionnement de cet hospice.


 7. Le Pigeonnier

 L'élevage des pigeons permettait de récupérer leurs fientes qui étaient un engrais très
 recherchés avant l'utilisation d'engrais chimiques. Nombreux domaines possédaient leur pigeonnier qui était aussi un objet de prestige.


Sentier du Plana

 1. Sous la Bade

 En Occitan "badar" signifier admirer. La Bade est généralement un lieu présentant un beau point de  vue, comme cela est le cas depuis le sommet du Plana.

Ici comme dans beaucoup d'autres villages Languedociens, ce terme est aussi lié à un lieu de vigie et de surveillance pour le village.


 2. Le Plana

  En Occitan "Plana" signifie plate, ici cela prend le sens de la colline plate.


 3. Saint-Laurent 

 Cette chapelle préromane est une des plus anciennes chapelles du Narbonnais. Le saint patron de la  chapelle mourut en martyr, brûlé vif sur un grill pour avoir refusé de livrer les biens de l'Eglise à l'empereur romain en 304 de notre ère.

Depuis 1966 elle est répertoriée comme étant un monument historique. Chaque année afin de faire revivre ce lieu, une messe et un repas en plein air sont organisés pour le comité de la Chapelle de St-Laurent pour la fête de la St-Laurent, le 10 août.


 4. Font Ronhosa

 En Occitan "Font" c'est la fontaine. L'eau de cette fontaine avait la vertue de guérir une maladie de  peau (la gale) appelée ronha en Occitan. Dans le langage populaire languedocien une ronha (prononcer une rougne) désigne encore de nos jours une chose très abîmée.


 5. Pech Roumieu

 Pech est un terme Occitan (puog en graphie Occitane normée) qui peut être traduit en Français par  colline peu élevée. Roumieu vient de l'Occitan "Romieu" pèlerin.

Cela peut être en rapport avec un ancien chemin de pèlerinage.


 6. Les Mailloles

 "Malhol" en Occitan signifie jeune vigne. Le secteur est d'ailleurs toujours couvert de vigne, sur un  coteau favorable à la qualité.


 7. Les Arènes

  "Arena" en Occitan (comme en Castillan) se traduit en Français par Sable.

 


 
8. L'église Paroissiale (à l'intérieur de l'église)

 Le vaisseau est voûté en berceau brisé avec trois arcs doubleaux. Les pilliers semi-circulaires  engagés, qui supportent la retombée des arcs doubleaux, sont couronnés de chapiteaux.

A l'arc triomphal, ils sont ornés de feuilles lancéolées ou de palmettes. Dans la nef, leur décor est fait de figures humaines dans les feuilles de vigne ou de branches d'olivier (homme portant un bonnet, visages de femme portant une coiffe avec jugulaire). Ce décor est caractéristique de la deuxième moitié du XIIIe siècle.

9 avenue de la Mairie - 11120 - Moussan - Téléphone : 04.68.93.61.06 - Fax : 04.68.93.48.22 - commune.moussan@wanadoo.fr